30è Dimanche du Temps Ordinaire/ C

0
30

Bien chers tous, soyez salués dans le Seigneur !

Comme la semaine dernière, les textes de ce jour, 30ème dimanche du temps ordinaire de l’année liturgique C, traitent de la prière. Ainsi sont mis en lumière deux protagonistes : Dieu et l’homme. Qui sont-ils et comment se présentent-ils devant Dieu ? En effet, remarquons de prime abord le statut social de l’orant. Il ne s’agit pas de faire de différence entre les hommes en disant que la prière du pauvre atteint plus le cœur de Dieu que la prière du riche. Car dans l’évangile, le publicain sera exaucé et le pharisien non. Aussi, si l’on s’en réfère à la première lecture, du livre de Siracide, le pharisien est le pauvre que le Seigneur devrait écouter et non pas le riche publicain. Enfin Dieu, nous dit Paul, dans la seconde lecture, est Justice, il est le juge impartial. Il est le seul sauveur, le seul qui élève et qui abaisse, le seul juste et juge capable de distinguer les justes des moins justes. Reconnaissons-nous pécheurs pour bénéficier de la miséricorde divine et entrer dans le mystère du salut et le message du Christ. Que le Seigneur nous en donne la grâce.

Durant cette 30è semaine du temps ordinaire de l’année liturgique C, la table de la Liturgie de la Parole nous propose une riche médiation.

Le lundi, l’Eglise notre Mère nous propose comme modèle de Sainteté, les Saints apôtres Simon et Jude. Ainsi, dans la première lecture, Saint Paul insiste sur la place qu’occupent désormais les païens convertis dans l’édifice du Christ Jésus : « vous n’êtes plus des étrangers ni des hôtes ; vous êtes de la maison de Dieu. » Ep 2, 19. Les baptisés sont alors configurés au Christ Jésus, la Pierre d’angle, en qui nous sommes des éléments d’une même construction pour devenir une demeure de Dieu par l’Esprit Saint. Jésus, dans l’évangile, après avoir longtemps prié, choisit les Douze Apôtres. Il enseignait la foule qui l’écoutait et guérissait beaucoup de malades. Du mardi au jeudi, toutes les premières lectures sont extraites de la lettre de Saint Paul apôtre aux Romains. En effet, le Seigneur Jésus qui intercède pour la liberté, promet la gloire à ses disciples qui seront justifiés et glorifiés. Rien ne pourra donc les séparer de l’amour du Christ, car attachés à Lui, ils espèrent la couronne de gloire malgré les tribulations existentielles. Quant aux évangiles, ils sont tous de Luc. Ainsi, il sera question de rechercher ce à quoi ressemble le Royaume de Dieu, et le passage par la porte étroite, car comme le dit le Seigneur, il y aura des premiers qui seront derniers et des derniers qui seront premiers. Le vendredi, 1er novembre où nous fêteront la solennité de Tous les Saints, nous écouterons dans la première lecture, un extrait de l’Apocalypse de Saint Jean. Dans sa vision, Jean voit l’Ange du Seigneur qui vient marquer du sceau, le front des serviteurs du Dieu vivant afin qu’ils soient préservés de la mort. De même, dans la deuxième lecture, Saint Jean énonce la condition pour vivre en enfants de Dieu, purs et sans rides devant le Seigneur. Dans l’évangile, Saint Mathieu nous présente les béatitudes que Jésus a prononcées dans le discours inaugural de sa mission. Jésus montre en effet à ses disciples, l’esprit nouveau, l’esprit du Royaume de Dieu, « heureux les affamés et assoiffés de justice, car ils seront rassasiés. » Mt 5, 6. Enfin, le lendemain l’Eglise entière célèbrera la mémoire de tous les fidèles défunts où différents textes pour les funérailles sont proposés au choix.

Daigne le Seigneur le juste Juge nous accorder la grâce d’être de vrais artisans de justice. Heureuse semaine de travail à chacun et à tous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here