LES ACTIVITES ACADEMIQUES LANCEES AU GRAND SEMINAIRE SAINT PAUL DE DJIME A LA FAVEUR D’UNE JOURNEE PEDAGOGIQUE

0
101

Au sortir de la retraite de début d’année, c’est la verve de la pensée philosophique qui délie les langues, et ceci, à travers un creuset devenu le propre du Philosophat : la journée pédagogique. Par cette matinée du mercredi 06 Octobre 2021, la communauté estudiantine des séminaristes du Grand Séminaire Saint Paul de Djimè ainsi que le corps des formateurs, se sont réunis en grande salle pour prendre part à l’ouverture officielle des activités intellectuelles du premier semestre de l’année 2021-2022. Conduite avant tout dans la prière introductive par le Père Recteur, l’auguste assemblée des « amis de la sagesse » fut suspendue aux lèvres du Directeur des Etudes, le père Jean KINNOUME qui, dans son propos inaugural, rappela l’importance des études philosophiques en vue des études théologiques ultérieures, de même que la nécessité de la lecture pour une culture philosophique densifiée.

En prélude à l’unique conférence philosophique, qui s’ensuivit, axée sur le thème : « Le mystère de la vocation à la vie et la vocation d’homme politique chez Max Weber dans Le Savant et le Politique », le père Eric AGUENOUNON souligne trois aspects essentiels de la vie de Max Weber : sa vie, son humanité et son savoir. D’abord, il expose quelques notes bibliographiques sur Max Weber : né le 21 avril 1964 d’une famille bourgeoise, Max Weber s’est intéressé très rapidement à la lecture et aux diverses questions sociétales. Cette soif de connaître l’amène à se faire former en politique ; il a ensuite soutenu sa thèse en droit orienté vers le droit public. Caractérisé par un goût brûlant à la sociologie au soir de sa vie, il n’occulte point la philosophie. Il est un auteur activement lu dans la sociologie. Cette quête du savoir marquée par ses maintes rencontres avec les autres, a vu naître en lui un homme sage.

Par ailleurs, Weber entend par politique, la direction du groupement politique que l’on appelle aujourd’hui Etat. Il tourne notre regard vers l’anthropologique politique et non vers les structures qui l’émeut. La gouvernance a pour but l’essor et l’épanouissement de la cité. La politique est aussi l’ensemble des efforts que l’on fait en vue de participer au pouvoir. Lorsqu’on dit qu’une question est politique, il faut entendre par-là que les intérêts de la répartition ou du transfert de pouvoir sont déterminants. Tout homme qui fait de la politique aspire au pouvoir soit parce qu’il le considère comme un moyen égoïste dans le but de jouir du sentiment de confort qu’elle confère ou soit dans l’élan d’en faire une carrière.

Enfin, le pouvoir dans le langage weberien relève d’un charisme. Pour lui, le charismatique est celui qui intérieurement peut conduire les hommes dans une réciprocité confiante. Toutefois, il est assez urgent de distinguer l’homme politique providentiel de l’homme assoiffé par le pouvoir.

Au terme de cette conférence riche et enrichissante, nous nous adonnâmes à la phase active des débats tenue aux fins d’assouvir la curiosité et de mener la réflexion vers des brèches philosophiques encore plus larges, avant de nous retirer pour une courte pause de 10 minutes. A 10h 25 donc, ce fut à nouveau au père Jean KINNOUME en sa qualité de Directeur des Etudes, d’éveiller les consciences aux exigences académiques en vigueur dans notre séminaire. Au chapitre desdites exigences, nous pouvons mentionner : la typologie des cours (Matières Philosophiques Fondamentales, Matières Philosophiques Complémentaires, Lectures d’Ouvrages en Séminaire, Matières Complémentaires Obligatoires, Matières d’orientation propre), l’adoption du système LMD pour les évaluations, le mode de déroulement des reprises, et la moyenne de validation : 13. Toutes ses recommandations ont été étayées par les prises de paroles successives des pères Eric AGUENOUNON, Blaise AKPOLI, Roland TECHOU et Roger ANOUMOU (le recteur), qui revinrent sur la nécessité de cultiver un intérêt vif pour la vie intellectuelle sans perdre de vue son unité avec les autres aspects de la formation. Après ces différentes interventions, il fut question d’écouter le coordonnateur du CEVI, pour une brève présentation des activités assignées à la charge de ce prestigieux Comité d’Emulation de la Vie Intellectuelle.  L’épilogue de la journée fut meublé par trois points successifs préalablement inscrits à l’ordre du jour que sont : l’élection des chefs de cours, la rencontre avec les professeurs principaux et la présentation de la bibliothèque aux étudiants séminaristes de la Philo I. Aux environs de 12h 15, notre journée pédagogique était déjà à son terme. Les enjeux intellectuels sont désormais lancés et il revient à chaque étudiant séminariste d’intégrer, pour sa propre gouverne, les recommandations et les connaissances qu’il aura acquises durant cette courte matinée philosophique.

                                                                 Belle et fructueuse année académique à tous !

Vue partielle des séminaristes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here